Cites-SNC

Antonio Fiori : Concevoir un produit sur la base d’une intuition

Spread the love

Au contraire on peut dire que c’est le matérialisme qui est immobile, et qui n’a jamais revêtu qu’une forme, toujours la même. Il imagina un démon trompeur présentant des choses irréelles à ses sens en une continuelle phantasmagorie ; il se pourrait que l’existence d’un tel démon soit fort improbable, mais cela restait quand même possible, et c’est pourquoi le doute au sujet des choses perçues par les sens était possible. Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Le concret, c’est l’homme dans le monde ». Mais le prix de cette sorte de pacification est le sacrifice complet de tout le courage moral de l’esprit humain. Des hommes que nous n’hésitons pas à ranger parmi les bienfaiteurs de l’humanité se sont heureusement mis en travers. Le malheureux officier ministériel a beau appeler les témoins, de toute la force de ses poumons, deux sur trois ne répondent pas. Afin de fixer les idées par un exemple, supposons qu’un observateur dont l’attention s’est toujours portée sur l’état du ciel, soit dans l’habitude de pronostiquer, à chaque coucher du Soleil, le temps qu’il fera le jour suivant ; si l’on tenait registre de ses pronostics pendant un temps suffisamment long, le rapport entre le nombre des pronostics contredits par l’événement et le nombre total des pronostics donnerait, sans erreur sensible, et par voie purement expérimentale, la mesure de la chance d’erreur qui affecte le jugement de l’observateur dans les circonstances indiquées. Autre symptôme, le travail intérimaire se réveille et il est porté par l’industrie. Richet a observé qu’on rapportait son mal à un endroit d’autant plus précis que la douleur est plus faible : si elle devient plus intense, on la rapporte à tout le membre malade. Pour moi, il n’en est pas question. Ultra-précaire précarité Forte de ces succès, Hong Kong se considère à bien des égards comme un petit havre de prospérité et d’équité sociale. Comme tous les grands optimistes, ils ont commencé par supposer résolu le problème à résoudre. La difficulté d’y réussir complètement tient à la continuité des plans de la nature, ainsi qu’à la variété infinie des causes modificatrices, dont nous ne pouvons trouver dans les signes du langage qu’une expression imparfaite, comme cela sera expliqué plus loin. Même à la cour, dans les réceptions ordinaires, les ordres nationaux ne s’exhibent pas. Et le rire sera bien plus fort encore si l’on ne nous présente plus sur la scène deux personnages seulement, comme dans l’exemple de Pascal, mais plusieurs, mais le plus grand nombre possible, tous ressemblants entre eux, et qui vont, viennent, dansent, se démènent ensemble, prenant en même temps les mêmes attitudes, gesticulant de la même manière. Dans la culture locale, recevoir une aide publique est en effet souvent perçu par le récipiendaire comme une déchéance personnelle. Depuis les lois de 1982, les régions ont toujours « fait le job » sur leurs compétences, des lycées aux TER en passant par la modernisation des Centres de formation des apprentis. L’idée de l’unité, de la simplicité dans l’économie des lois naturelles, est une conception de la raison qui reste immuable dans le passage d’une théorie à une autre, soit que nos connaissances positives et empiriques s’étendent ou se restreignent ; mais en même temps nous comprenons que, réduits dans notre rôle d’observateurs à n’apercevoir que des fragments de l’ordre général, nous sommes grandement exposés à nous méprendre dans les applications partielles que nous faisons de cette idée régulatrice. Et il est à remarquer que je dis de notre raison, et non point de notre imagination ni de nos sens : comme encore que nous voyions le soleil très clairement, nous ne devons pas juger pour cela qu’il ne soit que de la grandeur que nous le voyons ; et nous pouvons bien imaginer distinctement une tête de lion entée sur le corps d’une chèvre, sans qu’il faille conclure pour cela qu’il y ait au monde une chimère : car la raison ne nous dicte point que ce que nous voyons ou imaginons ainsi soit véritable ; mais elle nous dicte bien que toutes nos idées ou notions doivent avoir quelque fondement de v Elle n’a retenu du passé que les mouvements intelligemment coordon­nés qui en représentent l’effort accumulé ; elle retrouve ces efforts passés, non pas dans des images-souvenirs qui les rappellent, mais dans l’ordre rigoureux et le caractère systématique avec lesquels les mouvements actuels s’accom­plissent. En effet, l’on peut dire que les sens ont été donnés à l’homme et aux animaux pour les conduire dans l’espace ; la raison, au contraire, a surtout pour destination pratique de diriger l’homme dans le temps, de coordonner ses actes en vue des faits accomplis et des circonstances à venir. Leibnitz l’attri­buait à une harmonie préétablie, sans admettre qu’en aucun cas le mouvement pût engendrer la perception, à la manière d’une cause produisant son effet. Parfois, cette critique passe comme inaperçue, tant les conclusions qu’elle doit amener sont saisissantes et incontestables. Parce que le rêve, cette semaine, ce serait que l’on s’empare de l’iPad 2, décortique les « process » d’innovation, remonte la chaîne de valeur, pour s’en inspirer, les dépasser. Et il conclut en disant que « la douleur s’irradie d’autant plus qu’elle est plus intense.

Archives

Pages