Cites-SNC

Antonio Fiori : Changement des mentalités

Spread the love

Un BPO complet réduit les coûts et les risques tout en améliorant la qualité et la souplesse d’une banque, lui permettant ainsi de se concentrer davantage sur son métier de base : le développement commercial de son activité bancaire. Ces revenus stables seraient les bienvenus dans un contexte général de baisse des subventions. Mais depuis lundi soir, trois autres grands pays européens -la France, l’Allemagne et l’Italie- ont annoncé séparément qu’ils rejoignaient aussi la BAII. L’histoire garde encore les souvenirs de la révolution américaine de 1776, de la révolution française de 1789, des mouvements de décolonisation des années 1960 et du printemps arabe de 2011. Leur contribution aux exportations était de 42% en 2009 pour les économies du G20, dépassant 50% pour l’Inde, la France et l’Union européenne dans son ensemble. L’antiquité classique nous offre un exemple de cette opposition : la mythologie romaine est pauvre, celle des Grecs est surabondante. Cette valeur ajoutée reflète le coût des services incorporés dans la valeur des marchandises elles-mêmes ainsi que les fonctions qui rendent possible les chaînes de valeur elles-mêmes, telles que les télécommunications et la logistique. D’un autre côté, la substance figure au sommet de l’échelle des classifications ou des degrés métaphysiques : l’oiseau est animal, l’animal est corps, le corps est substance. En effet – deuxième question – les mouvements de yo-yo budgétaire et les interventions massives des banques centrales n’ont pas permis aux banques de la zone euro de se remettre en état de marche : le financement bancaire de l’économie réelle est chamboulé, pour ne pas dire moribond. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Ne dites rien des affaires dont vous avez entendu parler, ignorez tout des affaires sur lesquelles on vous interroge, ne vous mêlez pas des affaires qui ne vous regardent pas, rentrez chez vous sitôt qu’il n’y a pas d’affaires ». La sanction n’est plus alors qu’un simple cas de la proportion générale établie entre tout travail et sa rémunération : ° celui qui fait beaucoup doit recevoir beaucoup ; 2° celui qui fait peu doit peu recevoir ; 3° celui qui fait le mal doit recevoir le mal. C’est ainsi que l’on voit, DANS LES premiers temps de la philosophie grecque, TOUTE une famille de penseurs qui viennent, chacun à son tour, avec une confiance admirable, proposer sur la nature des choses une explication universelle, toujours différente il est vrai, mais toujours définitive. L’objectif est de rendre plus transparent les décisions publiques, et ainsi contraindre nos décideurs à mieux justifier leurs choix. Les taux négatifs de la dette souveraine n’ont pas fini de faire parler d’eux. Le sens commun répond sans aucune hésitation qu’il y a quelque chose. Disposer de navires plus gros et plus beaux rend possible d’offrir une croisière meilleure marché et de meilleure qualité prix et donc d’élargir la clientèle. La sanction proprement dite est donc une idée tout humaine, qui entre comme élément nécessaire dans la conception de notre société mais, qu’on pourrait écarter sans contradiction d’une société très supérieure, composée de sages comme Bouddha ou Jésus. Notre perception distincte est véritablement comparable à un cercle fermé, où l’image-perception dirigée sur l’esprit et l’image-souvenir lancée dans l’espace courraient l’une derrière l’autre. Autant la dictature de Prudhomme, avec son parapluie ou avec son sabre, que la dictature de Guesde avec sa barbe ou celle de Jaurès avec sa bave. In fine la taxe nutritionnelle contribue-t- elle à diminuer la consommation de sucre ? A l’aune de ces corrections, le péril annoncé semble bien moindre.

Archives

Pages