Cites-SNC

Antonio Fiori : Amers transferts

Spread the love

Puis, s’apercevant que la gare était celle où il devait descendre, il me serra la main, en me recommandant le bouillon merveilleux (stupendo) qu’on trouvait, par hasard, à ce buffet de Calabre. L’antipathie croissante que l’esprit théologique inspirait justement à la raison moderne, a gravement affecté beaucoup d’importantes notions morales, non seulement relatives aux plus grands rapports sociaux, mais concernant aussi la simple vie domestique, et même l’existence personnelle : une aveugle ardeur d’émancipation mentale n’a que trop entraîné d’ailleurs à ériger quelquefois le dédain passager de ces salutaires maximes en une sorte de folle protestation contre la philosophie rétrograde d’où elles semblaient exclusivement émaner. Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Quand l’oiseau est près de mourir, son chant devient triste ; quand l’homme est près de mourir, ses paroles portent l’empreinte de la vertu ». Sans vouloir être trop cruel, on rappellera que le Dr Bernanke a attendu mars 2007 pour appeler les banques à « faire preuve de vigilance sur la solvabilité des emprunteurs de subprimes », ajoutant que « l’impact sur l’économie et les marchés financiers des problèmes sur les subprimes serait probablement circonscrit ». Cependant, le chemin est encore long et requiert un engagement fort des membres des conseils, des assemblées générales. Il n’eût pas à ce point secoué les esprits et entraîné les volontés, il n’eût point propagé partout sur son passage la lumière et surtout le mouvement. Tout ce qu’elle fournirait d’information à la philosophie lui serait rendu par celle-ci sous forme de confirmation. Mais, malgré le succès assuré qui couronnerait leurs tentatives, les prétendants persistent à ne pas bouger ; l’un ne cesse de parler, ni l’autre de se taire ; pourtant, en dépit des encouragements de leurs fidèles et des exhortations de leurs adhérents, ils ne se décident point à franchir la distance qui sépare de l’acte la parole ou le silence. Si ces entreprises dépoussièrent le mode de fonctionnement des banques, ces dernières restent dans une position largement dominante sur leur marché et n’ont pas d’inquiétude à nourrir sur le court terme. Celui-ci était un esprit excitateur, mais dominateur ; il enflammait, mais il gouvernait. Mais alors, il ne faudra plus parler de la vie en général comme d’une abstraction, ou comme d’une simple rubrique sous laquelle on inscrit tous les êtres vivants. Composées d’équipes ultra spécialisées dans un domaine, elles s’engagent à recruter en CDI des cadres hautement qualifiés pour les mettre en temps partagé, durablement à disposition des PME en adaptant leur temps de présence aux besoins réels de l’entreprise, et à cycles économiques. La première distinction essentielle consiste à séparer les entreprises à but lucratif des autres. Quand l’aide accordée ne va pas de pair avec une réforme profonde et réelle (et pas seulement dans les discours) des structures socio-économiques, elle se perd dans les circuits administratifs, à moins qu’elle ne soit détournée. Sachant que l’on évoque, là, le cas d’économies d’ores et déjà atteintes par le mal récessionniste, comme celui de l’Italie dont le P. Cette année, les économistes prévoit une très légère croissance, mais à peine. Le contraste que Bichat a si heureusement marqué entre la vie organique et la vie animale, n’a-t-il pas la plus grande ressemblance avec le contraste entre la chair et l’esprit, entre la vie animale, commune à l’homme et aux espèces inférieures, quoique différant dans ses manifestations et par ses degrés de perfectionnement, et la vie intellectuelle et morale propre à l’homme seul, et (on peut le dire) donnée à tous les hommes, quoique sujette aussi à des diversités infinies dans ses manifestations, selon les aptitudes et les degrés de culture des individus et des races ? Les philosophes eux-mêmes auraient-ils posé avec une telle assurance le principe, si peu conforme à l’expérience courante, de l’égale participation de tous les hommes à une essence supérieure, s’il ne s’était pas trouvé des mystiques pour embrasser l’humanité entière dans un seul indivisible amour ? Concevoir est un pis aller dans les cas où l’on ne peut pas percevoir, et raisonner ne s’impose que dans la mesure où l’on doit combler les vides de la perception externe ou interne, et en étendre la portée. Mais ne nous laissons pas intimider. C’est ainsi qu’abstraction faite des notions acquises plus tard sur les masses des corps célestes et sur la nature de la force qui les fait mouvoir, l’hypothèse de Copernic, comparée à celle de Ptolémée, expliquait les mouvements apparents du système planétaire d’une manière plus simple, plus satisfaisante pour la raison, et partant plus probable. On dit en conséquence que l’inertie de la matière consiste dans l’indifférence au repos et au mouvement ; de sorte que ce qu’on nomme la mobilité des corps ne doit pas être regardé comme une qualité spéciale, mais seulement comme une conséquence du principe de l’inertie de la matière. Oui, j’en suis convaincu, si la révolution de Février eût proclamé ce principe, elle eût été la dernière.

Archives

Pages